Partenaires

CNRS Université Montpellier 1 UMR 5815


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > Catalogue des publications > Droit et justice, droit et religions > 2015 - Résister : droit et subversion

2015 - Résister : droit et subversion

PNG - 251.7 ko

RÉSISTER : DROIT ET SUBVERSION
Huitièmes rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke
Sous la direction de Vincente Fortier et Sébastien Lebel-Grenier

Résister à la norme peut apparaître, à bien des égards, un oxymore pour des juristes. L’idée de résistance couvre une pluralité d’acceptions, sous-tendant toutes sortes de postures et d’attitudes. Elle suppose aussi un fondement : il convient de résister au nom de l’identité, d’un idéal, d’un principe, d’une cause ... ou au nom de l’adhésion, individuelle ou collective à une valeur qui légitime une résistance. Comme le souligne Vincente Fortier dans ces pages, Sally Engel Merry décrit ainsi trois figures de résistance relatives au droit : l’une contre le droit et contournant son caractère obligatoire, l’autre utilisant le droit dans les capacités d’action qu’il procure, la dernière, enfin, justifiant dans le langage du droit l’acte de résister et contribuant à redéfinir ce qu’est le droit. Le droit, de tout temps, a donc engendré de la résistance, parfois considérée comme inhérente à l’existence de la norme. Visant son caractère obligatoire, utilisant le droit pour agir contre une réalité ou facteur de légitimation d’une action en redéfinissant le système normatif, le monde juridique génère une résistance intrinsèque. Des monarchomaques aux zadistes, la résistance jugée légitime à la norme traverse toute une partie de l’opinion publique et du monde du droit. Hors de leur zone de confort, où la norme s’applique sans heurts, les situations de résistance pour les juristes et la société civile sont riches en interrogations. Celles-ci s’expriment, dans les axes de cet ouvrage reflétant les débats lors des Rencontres juridiques Montpellier-Sherbrooke en juin 2013, à travers plusieurs prismes comme la philosophie du droit, le droit international, la confrontation aux intérêts privés ou les réactions à l’évolution jurisprudentielle. Ces situations ou ces domaines du droit sont autant de lieux de confrontation de la norme, de confrontation à la norme, mais aussi des moments de dynamique juridique, démontrant une plasticité d’une règle de droit « vivante » et capable de réagir à la résistance.

David Gilles, Professeur agrégé de droit, directeur des Éditions R.D.U.S.

Résister, droit et subversion, huitièmes Rencontres Juridiques Montpellier Sherbrooke
- 206 pages
- Editions Revue de Droit de l’Université de Sherbrooke
- ISBN : 978-2-920003-60-6
- Epistémologie du droit
- Parution : 11/2013